Auteur Sujet: je hais ce besoin de manger  (Lu 4838 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

andrea

  • Newbie
  • *
  • Messages: 57
je hais ce besoin de manger
« le: Novembre 18, 2008, 12:11:11 am »
bonsoir
je ne sais pas trop par ou commencer, ça fait longtemps que je ne suis pas venu sur le site.
en fait je ne croit pas être anorexique ou boulimique, c'ets juste que je me trouve immonde, mon corps et flasque et je le déteste. je voudrais maigrir encore mais je n'y arrive pas et je ne peut pas m'empêcher de bouffer n'importe quoi comme une truie, genre des boites de gateaux apéros, des gateaux pims, j'alterne sucré puis salé puis sucré...ainsi de suite.
après il m'arrive d'être malade, d'avoir la nausée pendant 2 jours et je me dit que c'ets bien fait, je l'ai mérité alors je ne mange plus et je me sent forte, pleine de pouvoir sur mon corp, puique j'arive alors à ne pas manger.
la nourriture je déteste la toucher avec mes doigts, pourtant j'aime manger (sauf les poissons et fruits de mer, ça me donne la nausée rien que d'y penser)je suis gourmande et je me dégoute d'aimer manger . je voudrais détester manger, arriver à ne pas manger. parceque je suis trop nulle de pas arriver à me contrôler, je me dis souvent que je ne suis qu'une grosse truie qui bouffe, comme un animal qui ne sait pas contrôler ce besoin animal, le corps veut manger alors je cède et je mange, je suis incapable de résister. je voudrais pouvoir regarder des trucs hyper bon et me dire que j'en veux pas, être capable de dire non.
quand je regarde des femmes toutes minces, je les trouve belle quand on vois les os. pas de gras, être maigre comme ça. je rêve de ça et je me dit que je sius complêtement taré parceque les filles qui sont anorexiques souffrent d'être comme ça et moi je rêve de l'être.et j'y arrive pas, je suis trop nulle.
je suis désolé si j'ai choqué quelqu'un en disant que j'aimais les femmes maigres te que j'aimerais l'être.
je me sent seule avec ma bouffe pour compagnie. et j'ai honte de n'voir aucune volonté.
merci de m'avoir lu, maintenant j'ai la tête anesthésié, je ne rescend plus rien, comme toujours quand j'eesaye de décortiquer mes sentiments. ha ça m'enerve d'être comme morte à l'interieur. un robot.
en fait je suis un robot poubelle qui bouffe.

bulle

  • Newbie
  • *
  • Messages: 726
je hais ce besoin de manger
« Réponse #1 le: Novembre 18, 2008, 07:12:46 am »
Tu ne devrais pas te sentir coupable de ce qui te pousse à te faire manger...on a tous des réactions différentes face au malaise, d'autres fument comme des pompiers, boivent, se droguent etc. je sais que c'est facile à dire vu de l'extérieur, mais avec de l'aide, tu pourras t'en sortir. On a tous plus ou moins un rapport un peu malsain avec la nourriture, quand je vois des parents dire au gosse "mange pour faire plaisir à maman", forcément, apres on l'associe à l'affectif. Moi c'est la cigarette et l'alcool je me sens nulle d'avoir fumé aujourdh'ui alors que j'avais dit que j'arreterais, juste en sortant de séance, mais bon que veux tu on fait ce qu'on peut non ? en attendant d'aller mieux, d'aller bien.

kentaka

  • Newbie
  • *
  • Messages: 902
courage d'en parler
« Réponse #2 le: Novembre 18, 2008, 07:51:23 am »
bonjour andréa,
la bouffe est une addiction je suis d'accord, j'ai connu une part de ce que tu décris, et grâce au travail thérapeutique (années de Gestalt pour moi) j'ai pu soulever ce que "ce voile" cachait : mes souffrances psychiques si intenses ! les reconnaitre, les apprivoiser, et me comprendre . Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir dit-on :roll:  C'est vrai aussi que manger trop sert à nous anesthésier ... continues à nous parler de Toi  surtout  :)
heureux les coeurs purs ... ce long chemin

Miralèle

  • Newbie
  • *
  • Messages: 140
je hais ce besoin de manger
« Réponse #3 le: Novembre 20, 2008, 12:24:42 am »
Bonjour Andréa,

manger, même trop, même mal, permet de rester vivant malgré ces monstres qui nous dévorent de l'intérieur. N'ai pas honte de ce trop plein qui répond à un traumatisme sûrement dévastateur. Accepte cette faiblesse momentanée ou à répétition, comme un appel au secours que tu t'adresses. Si tu te sens impuissante et submergée, je te souhaite d'avoir la force de trouver de l'aide autour de toi.
Prends soin de toi, Andréa. Par exemple en écrivant ici...
Isabelle

andrea

  • Newbie
  • *
  • Messages: 57
je hais ce besoin de manger
« Réponse #4 le: Novembre 21, 2008, 03:12:48 pm »
coucou

merci pour vos messages,
j'ai déchargé ici ce que je garde en moi, ce que personne ne sait. mon rapport avec la bouffe...c'est je t'aime moi non plus.
je ne me sent pas coupable d'avoir été abusée, mais coupable maintenant de ne pas maîtriser. ne pas pouvoir, a nouveau dire non, c'est comme revivre une servilité, comme quand j'était l'objet deplaisir demon père.
je ne disait pas non, j'avais peur et aussi je savais au font de moi que c'était mal. je le haissais. mais jamais je n'ai pensé dire a quelqu'un ce qu'il me faisait. quand mes parents ont divorcés, ma mère m'a demandé s'il m'avait touché (elle a divorcé aorès avoir surpris mon père avec ma soeur), je lui ai dit "non, jamais". et je me souviens parfaitement de cet instant. la négation totale. je la voyait souffrir tellement, elle s'en voulait tellement, alors je lui ai dit non, pour pas qu'elle souffre encore.

je bouffe trop quand ça va pas, et après ça va encore moins..je me dit que je suis nulle et pourie de toute façon. une grosse truie.
cette dépendance me fou hors de moi car je veut toujours me débrouiller toute seule. besoin de personne, c'est ne devoir rien à personne.
cette bouffe c'est comme une laisse qui me tiens prisonnière.
et je suis incapable de la couper. et ça c'est nul.

plus je vieilli (j'ai 31 ans) et plus je sais que ça va pas aller en s'arrangeant.
je suis dépendante affectivement. le bon chienchien. ou bobonne selon ce quevoit les gens de moi
hier une copine a eu une réflexion mechante sans le vouloir,
on parlait d'un truc anodin qu'elle avait pas fait (ranger des partitions) et elle me sort : "moi j'ai pas que ça a faire de ma journée"
je ne travaille pas. et sa réaction m'a fait du mal.
voila comment elle me voit : la bobonne au foyer.
c'est ce que je suis, je suis incapable de me séparer de mes enfants. mais ça c'est un autre problème.
et idem, je suis incapable de me séparer de la laisse qui me relie à la bouffe.

je sais que manger est vital. mais je voudrais être plus forte que ça. maîtriser le besoin de mon corps. me passer de mon corp qui n'est qu'un objet repoussant quand on sait ce qu'il y a dedans.
manger c'est la vie. je la garde car il y a mes enfants, ma mère et que je ne supporterais pas de les faire souffrir. dépendance.

voila ma pensée du jour...il n' a personne autour de moi a qui la confier.
les gens s'en fouttent. ils ont leurs problèmes, plus graves que les miens.
moi j'écoute les leurs. mais je ne peux pas leur dire ça

je consomme le malheur des autres, sans digerer les miens. ni les leurs d'ailleurs, et j'en ai ral le bol parfois des problèmes des autres. c'est dégueulasse comme éaction!

merci, a bientôt

Miralèle

  • Newbie
  • *
  • Messages: 140
je hais ce besoin de manger
« Réponse #5 le: Novembre 21, 2008, 07:39:10 pm »
Chère Andrea,

tu as ingurgité un tel secret en toi comme tu ingurgites de la nourriture aujourd'hui. Il faut accepter à un moment de laisser tout ça ressortir de toi. Il ne s'agit pas forcément de dire l'indicible. Il ne s'agit pas de raconter les détails à ta mère. Juste lui faire confiance. Que tu te sois tu et qu'elle ne comprenne pas pourquoi tu te sens mal peut lui faire plus de mal que la vérité. Si ta mère t'a demandé un jour pour l'abus sexuel, c'est qu'elle voulait savoir. Elle se sentait responsable de toi comme tu te sens responsable de tes enfants.
Est-ce que tu t'es confiée à ta soeur?
Oui manger trop est un signe que tu n'es pas guérie de ces actes monstrueux. Tu te décris comme quelqu'un de sale et de nulle alors que ce sont les actes que tu as subi qui sont sales, nuls et qui ont détruit ton estime de toi. Oui, tu as besoin d'aide pour aller mieux. Il n'y a que la parole qui sort de toi, qui raconte ton vécu, ta souffrance... qui te permettra de contrôler ce que tu manges. La nourriture est intimement lié aux soins maternels. Faire une thérapie, c'est permettre de raconter tout ce qu'on ne peut pas dire à sa famille parce que ses proches n'ont pas assez de distance, à quelqu'un dont c'est le travail et qui ne risque pas de souffrir quand tu lui parles.
Je te souhaite de trouver la personne à qui tu fais le plus confiance pour pouvoir commencer à parler et relier ces problèmes d'alimentation à ce que tu as vécu. Et tu es bienvenue sur le site pour en parler.
As-tu déjà témoigné, ici, il y a quelques années?

Continue de venir te soulagé un peu ici...

Isabelle

andrea

  • Newbie
  • *
  • Messages: 57
je hais ce besoin de manger
« Réponse #6 le: Décembre 22, 2008, 02:45:46 pm »
coucou
j'ai attendu longtemps avant de répondre...désolé...
je n'ai jamais abordé le sujet avec ma soeur, nous sommes comme deux étrangères, nous avons étés l'une et l'autre abusé et spectatrice de ce qu'il nous faisait. nous avons réagit d'une façon opposée. ma soeur a continué de le voir, de le reçevoir chez elle, au milieu de ses filles... moi j'ai fermé la porte, je ne voulais plus le voir. j'ai finalement repris contact quand je me suis marié. je voulais qu'il me conduise à l'autel, comme toutes les jeunes filles normales. j'ai vu qu'il était heureux de ça; alors on s'est vu quelque fois, mais je ne saurait pas vraiment décrire ce que ses visite me faisait. j'avais peur de lui.
mon mari est au courant de tout. de ce qu'il ma fait, de tout ce dont je me souvient. il n'aurais pas pu comprendre sinon. pourtant ça nous pourri la vie.
je suis ds une phase "down", un mauvaise passe en ce moment.
en plus les fêtes arrive, et toute cette bouffe... pouah.
et feter cette fête de famille comme si tout était merveilleux... pfff...
je le fait pour mes enfants car leur émerveillement est la seule chose importante. la magie de noel, du père noel qui aime tous les enfants, sans aucune intolérance, une figure parternelle en somme, que je n'ai pas.
je me demande d'ailleurs si je ne leur fait pas croire au père noel a cause de ce que j'ai vécu. un besoin de caler ds leur vie une image de "papy-merveilleux" qu'ils n'ont pas de mon coté.
et bien sur, je bouffe n'importe comment...excès puis sevrage. et on recommence.
j'apréhende les fêtes, car je sais que l'après "orgie alimentaire" sera difficile.
on verra...
je me demande ce qu'un professionnel peut faire pour moi. hormis ecouter mon baratin, ...et ça, je n'ai pas besoin de lui pour parler si je veux parler.
je peux parler à ma mère ou mon mari ou une amie qui le sait.
donc que fait le psy en plus de nous écouter? c'st ma grande question...
merci et surtout très bonne fête de noel.
qu'un peu de magie et de féerie illumine vos coeurs et ceux de ceux que vous aimez.

Agatha

  • Invité
je hais ce besoin de manger
« Réponse #7 le: Décembre 22, 2008, 10:10:59 pm »
Bonjour Andrea,

Ce que tu vis me touche et me rejoins. Pour ma part, j'appréhende l'approche des festivités et la bouffe à profusion que je devrai me retenir de manger... mais aussi ces rassemblements de famille où l'on pourrait croire que tout va bien.

En ce qui me concerne, je ne doute pas un seul instant de la plus-value énorme de me confier à un psy plutôt qu'à n'importe qui de mon entourage, incluant mon conjoint et ma meilleure amie. C'est que je lui livre des parts de moi que j'ose à peine m'admettre... graduellement ma confiance en lui se tisse et cela est déjà une bonne part de mon cheminement : faire confiance à un homme, me laisser aimer de façon non ambigue et sans que j'aie à faire quoique ce soit pour lui. À lui, maintenant, je confie des secrets, ma honte profonde et il m'aide à mettre de la lumière dans tout cela parce qu'il continue à accueillir ce que je suis sans restriction.

Alors oui, je suis convaincue qu'avec un thérapeute compétent, homme ou femme mais compétent, et de préférence spécialisé dans le traitement de personnes ayant abusées sexuellement, il est possible d'aller beaucoup plus loin qu'en se confiant auprès de proches même s'ils sont ouverts et aimants. Car il ne s'agit pas seulement d'écoute active, mais d'une guidance par une personne qui a la compétence de comprendre profondément les problématiques exprimées.

Lorsque je lis que tu te traites de "grosse truie", j'ai mal à lire toute cette colère tournée contre toi. J'aimerais bien alors que la magie de Noël que tu évoques t'aide à accueillir ta difficulté avec la nourriture avec plus d'amour. Supposons que cette part de toi qui ne peut s'empêcher de manger soit un petit enfant souffrant, dans quels mots lui parlerais-tu de cela?

Je te souhaite à toi aussi une belle fête de Noël!!

Alexandra

  • Administrator
  • Newbie
  • *****
  • Messages: 2058
    • http://www.rayondesoleil.org
je hais ce besoin de manger
« Réponse #8 le: Décembre 23, 2008, 07:39:18 pm »
Salut Andrea

Soit plus gentille avec toi meme. Ta relation avec la nourriture est une consequence de ce qu'il t'es arrive. Sache que ce n'est pas de ta faute, meme si tu es la seule qui pourra resoudre ce probleme. Commence par etre plus gentille avec toi meme, et te fixer des buts que tu peux atteindre. Devenir maigre, ne pas manger, ce ne sont pas des buts resonnables pour toi en ce moment. Par-contre, manger bien tous les jours, et essayer de ne pas avoir de crise de boulimie pendant 3 jours par exemple, puis 4, etc... sont des choses sur lesquelles tu peux travailler. Si tu echoues, redescends d'un echelon, ne jette pas tout a l'eau en te disant que tu as echoue, que tu es bonne a rien, etc.

Un psy peu t'aider en te poussant a reflechir a certaines choses, a voir les choses d'une differente facon, c'est le cote therapeuthique, un psy t'aide a guerir non pas en t'ecoutant, mais en t'aidant a changer ta facon de voir les choses, a devenir plus forte. Un proche ne peut pas faire ca. Je te conseille d'essayer de trouver un bon psy.
Alex.

andrea

  • Newbie
  • *
  • Messages: 57
je hais ce besoin de manger
« Réponse #9 le: Décembre 24, 2008, 02:37:35 pm »
bonjour,

j'ai tendance à penser qu'être gentil avec soi même, c'est accepter de ne pas être à la hauteur. et je suis sans cesse à essayer d'être parfaite.
c'est vrai, que des petits objectifs, c'est mieux que l'irréalisable!!
je vais tenir mes objectifs quelque temps, puis finalement un coup dur va tout foutre en l'air. une simple réflexion, un souci... et zou, j'affiche belle figure mais je suis anéanti à l'interieur.
ce qui me fait peur avec le psy, c'est de pas trouver celui qui conviens et de ,e pas avoir la force de continuer à chercher. je m'imagine facilement me disant,
"je le savais, ça ne sert à rien..."
la mauvaise foie quoi!!
en plus je ne sais pas trop comment trouver. enfin dans l'annuaire, mais j'ai aussi tellement lu de truc sur les psy complètement incompétants en ce qui concerne mon problème.
et puis je ne me sent pas coupable, et si je lui dit ça, il va se dire qu'il ne peut rien pour moi, que je n'ai pas besoin de lui.
je ne me suis jamais senti coupable. enfin pas que je me souvienne;
petite je savait qu'il était taré, que le problème venait de lui.
n'empêche... il m'a ruinée quand même.
je remet sans arret la démarche d'aller dans une assoss qui est pas loin de chez moi. j'ai envie de faire la démarche, seule, sans le dire, et donc je doit y aller avec mon fils qui n'est pas encore scolarisé. et c'est pas le top d'y aller avec un bébé de 2 ans... il a des oreilles et il va entendre...
sinon je dois le laisser a son père un samedi pour pouvoir y aller seule.
sauf qu'a mon retour il voudra savoir comment ça c'est passé et j'ai pas envie de lui en parler.
je veut faire ça seule, rentrer en moi même, et guerir. et j'ai le sentiment que ses questions, ses bonnes intentions je vais les vivre comme des aggressions à mon intimité.
bien,
je dois faire la maison toute belle pour la famille.
je vous souhaite un joyeux moment ce soir et demain,
un peu d'innocence retrouvé...
merci encore mille fois d'être là.
grace à vous je lache les vannes et je dis ce que j'ai dans le coeur.
alors merci .:-)

Miralèle

  • Newbie
  • *
  • Messages: 140
je hais ce besoin de manger
« Réponse #10 le: Décembre 25, 2008, 03:44:44 am »
Bon courage en cette période de fêtes pour lutter de façon bienveillante contre les excès alimentaires que ce soit dans un sens ou dans l'autre (trop ou trop peu). Et bravo pour cette envie de féerie que tu offres à ton fils. Un peu de rêve aide à se construire de façon plus épanouie.

Pourquoi un psy pour écouter?
Un psy ne souffre pas avec toi quand tu lui parles de ta souffrance. Un psy garde en mémoire le meilleur de tes ressources et de tes forces et parle de toi de façon positive au moment où tu n'es plus capable de le faire et de le penser en réutilisant tes propres mots (puisqu'il ne te connaît que par ton discours). Le psy devient alors le meilleur de toi-même auquel tu peux t'accrocher et lui dire des horreurs sans culpabilité puisque c'est son job. C'est alors à toi-même que tu t'adresses et non à ta mère, à ta meilleure amie... C'est pour ça que ça soigne. Ca permet d'apprendre à s'écouter, se connaître et se respecter dans ses faiblesses les plus profondes en puisant dans le meilleur de soi-même.

Peut-être que emmener ton fils dans un lieu où d'autres peuvent accueillir ta souffrance le soulagera. Il n'y a rien qu'il ne puisse entendre puisque émotionnellement il sait déjà.
Et puis si tu en parles à ton ami/mari?. S'il te questionne, prends ça pour une preuve d'amour et explique lui que tu ne veux pas lui répondre et pourquoi.
Quand tu te sentiras prête à y aller tu trouveras une solution.
Le bon psy on le trouve quand on est prêt. Soit grâce à des amis à qui on parle de cette recherche, soit en allant voir plusieurs psys par les pages jaunes, au feeling. Soit encore en s'adressant à des associations, centres spécialisés d'aide aux victimes, des numéros de téléphone vert comme sos viol...

manna

  • Newbie
  • *
  • Messages: 24
Bonjour Andréa
« Réponse #11 le: Janvier 09, 2009, 12:09:00 am »
Moi aussi j'ai étais comme ca.
Lorsque je suis revenue prés de ma famille dans le sud, j'ai vue plaint de filles toute mince , je me suis vite trouver trés grosse alors que je peser 55 à 60 kilos, je l'est es perdu prés de 15 kilos en 1 mois mais je peut te dire que ta santé en prend un côut, plus je maigrisser et plus je me trouver grosse ses un cercle visieux dont on a beaucoup de mal a ce sortir.
J'ai réussi a m'en sortir petit à petit mais mais s'en aide ses trés difficile.
Alors fais bien attention car cette maladie et mortel.
Mange avec plaisir et non avec dégout et surtout évite de manger lorsque tes odées ne sont pas trés rose.
Alexandra a raison donne toi un bus ne fais pas de crise pendant quelque jours et puis tu verra sa devrait allé.
Accroche toi au minimum de choses que tu posséde dans la vie.
Allé soit forte tu y arriveras rien et impossible.
Bon courage à toi
Laure
bonjours je m'apele Laure, j'ai subi des inceste par mon grand père, 7 ans aprés j'ai décidé de porter plainte.

andrea

  • Newbie
  • *
  • Messages: 57
je hais ce besoin de manger
« Réponse #12 le: Février 01, 2009, 09:14:09 pm »
coucou

je me sort difficilement de l'orgie de noel... bouffer et broyer du noir, ça me connais en ce momment.
je suis allègrement retombée dans mes travers..;sucré puis salé puis sucré puis salé.....jusqu'a la nausée.
pourtant j'avais attends un poids que je n'avais jamais attends, j'était hyper contente....
comme quoi, je peut faire ce que je veut, je craque toujours...
j'en ai ras le bol mais bon...