Auteur Sujet: Mon histoire  (Lu 36 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Cannelle25

  • Newbie
  • *
  • Messages: 1
Mon histoire
« le: Mai 15, 2019, 10:30:18 pm »
Bonjour tout le monde,
Ne voulant pas parler de ce qu’il s’est passé à mes proches, j’ai recherché un moyen de parler de ça.
Je pensais pouvoir oublier et passer au-dessus facilement mais je me rends compte que c’est plus compliqué que ce que je pensais.

Je suis tombée sur ce site et je ne sais pas si ça peut vraiment m'aider mais c'est une manière de pouvoir sortir mon histoire, cette histoire.

Ça s'est passé il y a un peu moins de deux ans.
On fêtait un anniversaire avec des amis dans un bar. Je suis sortie quelques minutes passer un coup de fil.
Il était là, occupé à fumer. On d’abord un peu parler, il m’a dit son âge, dix ans de plus que moi (j'en ai 22 actuellement). Il m'a demandé s'il pouvait envoyer un message à son pote car il n'avait plus de batterie. je lui ai prété mon gym mais il s'est envoyé un message à lui même pour moi mon numéro, sur le moment j'en ai rigolé.
Il m’a prêté sa veste, je ne me méfiais pas il était gentil. Il a voulu aller chercher un pull dans sa voiture, je l’ai accompagné c’était juste à côté.

C’est là que ça a dérapé. Il s’est d’abord collé à moi, était très insistant. Je me suis retrouvé à l’arrière de sa voiture. Je lui ai dit que je ne voulais pas, il me répondait qu’on allait bien s’amuser, que je devais lui faire plaisir. J’ai tenté de le repousser mes je n’arrivais à rien contre ses gros bras. Il avait une main sur mes seins, sous ma blouse. Il a défait le bouton de mon jeans, l’a baissé juste un peu et ma culotte avec. Il a sorti sa bite, sans mettre de capote il est rentré d’un coup. Il me faisait mal, je le sentais s’exciter mais j’étais comme déconnectée, je ne comprenais pas, comme si j’attendais que ça se passe.
Il s’est finit en moi s’est retiré, a remonté son pantalon. Il avait l’air content, ce qui était dur c’est qu’il avait passé un bon moment. Je suis sortie de sa voiture et je suis partie aussi vite que j’ai pu.

Il m'a recontacté plusieurs fois par messages, auxquelles je n'ai jamais répondue.
Je n’en ai pas parlé à mes proches, de honte, de peur d’entendre ce qu’ils vont me dire. Je me sens en partie responsable. Si je ne l’avais pas suivi, si j’avais été plus convaincante, si j’avais su me défendre et réagir peut-être que ça ne se serait pas passé.
J’en ai parlé très récemment à un ami mais je sens bien que j’ai besoin d’évacuer plus ce qui s’est passé.
Donc voilà mon histoire, ce n’est arrivé qu’une fois ce n’est pas grand-chose mais j’avais besoin d’en parler. 
« Modifié: Mai 15, 2019, 10:39:52 pm par Cannelle25 »

intime idée

  • Global Moderator
  • Newbie
  • *****
  • Messages: 2080
  • Be Breizh
Re : Mon histoire
« Réponse #1 le: Mai 16, 2019, 10:21:09 am »
Bonjour Cannelle,
Soit la bienvenue ici.

Bravo à Toi d'avoir réussi à témoigner, ce n'est pas facile,
 et pourtant souvent ça soulage un peu...
Tu n'es pas seule, et ce n'est en rien de ta faute,
 suivre une personne sympa jusque sa voiture est une chose normale...
Tu lui a clairement dit que tu ne voulais pas, il aurait du s'arrêter là...
Il n'aurait même pas du se coller à Toi, encore moins insister...
Tu es la victime, ne lui cherche pas d'excuses, il n'en a pas.

Citer
voilà mon histoire, ce n’est arrivé qu’une fois ce n’est pas grand-chose mais j’avais besoin d’en parler.

Si si c'est quelque chose de grave qui laisse un traumatisme au plus profond de Toi,
c'est un viol.

J'espère que venir ici t'aidera,
as tu déjà pensé à un soutien psychologique?
Ca pourrait t'aider vraiment aussi.

N'efface pas son numéro de ton répertoire,
c'est le lien le plus simple pour le retrouver si un jour tu décides de porter plainte...
Bon courage.
" Les cicatrices nous rappellent d'où on vient, mais elles ne doivent nous dire où aller."

Alexandra

  • Administrator
  • Newbie
  • *****
  • Messages: 2058
    • http://www.rayondesoleil.org
Re : Mon histoire
« Réponse #2 le: Mai 17, 2019, 10:54:04 am »
Bonjour,
Malheureusement, un viol, n'est pas une petite chose. C'est un traumatisme avec beaucoup de conséquences sur notre vie. Ce n'étais pas ta faute. Personne n'a le droit de faire ça sans la permission de l'autre personne. Il ne t'a jamais demandé si tu voulais avoir un rapport avec lui et tu ne lui as jamais dit oui.
Comme l'a dit Intime, ce n'est pas facile d'écrire son témoignage mais c'est un pas important pour dans le processus de "guérison" d'un tel traumatisme. Même chose, est-ce que tu as considérée avoir un soutien psychologique par un professionnel?
Alex.

fr69

  • Newbie
  • *
  • Messages: 281
Re : Mon histoire
« Réponse #3 le: Mai 18, 2019, 01:19:22 pm »
Bonjour Canelle

Et si, Et si …

Avec le recul c'est facile à dire. Mais comment aurais-tu pu savoir ? Ce n'est pas possible…

Pendant des années, en repensant à mon viol en Allemagne, comme toi, je me suis dit que c'était mas faute. Quand j'ai croisé pour le première fois le type à la respiration bizarre, si je ne lui avais pas souris en pensant qu'il faisait un malaise et avait besoin de s'appuyer sur quelqu'un… Si j'avais fui immédiatement. Si j'avais reconnu la respiration, ce n'est pas comme si c'était le premier viol… Si je ne m'étais pas attardé dans le secteur… Si quand il est réapparu j'avais crié… Si quand ils m'ont attrapé je m'étais plus débattu, si quand j'ai eu la bouche libéré j'avais crié… Si… Si… (etc.)

La réalité c'est que l'on cherche un coupable. Quelqu'un à blâmer… Le violeur ? Oui, mais il n'est pas là, maintenant pour subir les reproches… Qui est là à chaque instant… nous même… Sur qui déverser sa colère, ses reproches… Bien sur celui qui est toujours là, nous même…

Cela t'es arrivé "récemment"... Le processus de guérison est long. Il y a le déni en premier, et pour toi ce n'est pas fini encore : Tu dis que ce n'est pas grand chose. C'est du déni. C'était grave ce qui t'es arrivé… Accepte le fait que c'était grave, c'était cruel, c'était mal. Accepte aussi le fait que tu ne pouvais savoir comment cela allait tourner. Le mal, ce n'est pas toi qui l'a commis. C'est lui. Toi tu l'as subi…


Refuser de renoncer c'est refuser d'accorder une nouvelle victoire aux pourris que l'on eu le malheur de croiser